Interview d’Anaïs CITTERIO QUENTIN, nouvelle arbitre régionale

Présentation d’Anaïs CITTERIO-QUENTIN
22 ans
US Jassans
Officiera cette saison en R3

Anais CITTERIO-QUENTIN

Peux-tu nous présenter ton parcours depuis que tu officies en tant qu’arbitre ?

C’est ma deuxième année d’arbitrage. J’ai commencé par la formation initiale il y a deux ans. A la suite de ça, j’ai obtenu mon diplôme départemental. Dans la foulée je me suis inscrite en formation continue régionale et je suis parvenue à avoir le diplôme. J’étais bien contente car je suis la seule fille à l’avoir eu. Je vais arbitrer en R3 mais j’espère rapidement évoluer.

Quelles sont les raisons qui t’ont incitées à te lancer dans l’arbitrage ?

J’ai toujours voulu arbitrer mais je n’ai jamais eu l’occasion de me lancer étant donné que je jouais en minimes France, cadettes Région puis N3. Depuis toute petite j’arbitrais dans mon club donc dès que j’ai arrêté je me suis remis à l’arbitrage.

Est-ce que le fait de monter au niveau régional implique pour toi une préparation spécifique, que ce soit dans la gestion d’avant-match ou la préparation physique d’avant saison ?

Je me mets davantage de pression. De toute façon, si je veux évoluer, il faut que je m’implique au maximum. Je me suis donc imposé une préparation physique et j’ai été davantage vigilante au code de jeu, QCM et interprétations de phases de jeu.

Tu as été la seule femme à obtenir la formation continue régionale, est-ce si dur que ça pour une femme de se faire une place dans l’arbitrage ?

Non non, du tout. C’est vrai que nous ne sommes pas beaucoup mais justement c’est un challenge supplémentaire pour moi, démontrer que nous pouvons également être de très bonnes arbitres.

Maintenant que tu es devenue arbitre, y a t-il des choses que tu appréhendes différemment, que tu vois d’un autre oeil ?

Bien sur, je pensais qu’être arbitre c’était quelque chose de « bidon » (rires), plutôt simple, que tout le monde pouvait devenir arbitre facilement. Maintenant que je suis au cœur de l’arbitrage, je me rends compte que c’est extrêmement compliqué et que pour être arbitre de haut niveau, il faut être vraiment fort pour analyser rapidement, connaître le règlement sur le bout des doigts. Quand tu es joueuse, tu penses que la mécanique c’est facile mais en réalité ça ne l’est pas.

Tu as évolué à un très bon niveau en tant que joueuse et tu es encore jeune. Si tu devais choisir entre arbitre et joueuse, que choisirais-tu ?

Arbitre, c’est sur ! Ça fait deux ans qu’on me sollicite pour rejouer mais je ne veux pas. La saison dernière, je coachais mais j’ai également décidé de stopper pour me consacrer pleinement à l’arbitrage pour évoluer, je suis motivée !

Pour toutes les personnes désireuses de découvrir l’arbitrage, retrouvez toutes les formations sur les sites des Comités Départementaux (CD01 CD 42 CD69) et dans la rubrique dédiée à l’arbitrage sur la nouvelle plateforme clubs.

интернет маркетинг примерывнж в польшеяндекс вордстат скачатьdatakam.com.ua