Andrézieux en NM1 et au Final Four : « personne ne nous attendait là où on est »

Andrézieux Loire SudLa semaine dernière, Stéphane Néri nous régalait avec un somptueux buzzer-beater qui offrait la victoire à son équipe (58-59) lors du match aller des 1/4 de finale de playoffs face à La Charité Basket 58.

Ce samedi à Andrézieux, les ligériens voulaient à tout prix remporter le match retour pour éviter une troisième manche. Après une partie accrochée, les joueurs du Lyonnais ont arraché la victoire 89-83, synonyme d’accès au Final Four et surtout de montée en NM1 l’année prochaine !

Il reste désormais à obtenir le titre de Champion de France de N2 pour conclure cette très belle saison (1er de la saison régulière avec 22 victoires en 26 matchs joués).

Interview de Stéphane Néri :

22 victoires en 26 matchs joués lors de la saison régulière et une montée en N1 à la clé en remportant les 1/4 de finale ! La montée était-elle envisageable en début de saison ?
Stéphane Néri (S.N.) : Non vraiment pas en début de saison, du fait de la séparation entre les deux clubs (NDLR : l’ALS Basket et La Pontoise, anciennement UPAB) on se dirigeait vers une année de reconstruction et de transition. Les matchs amicaux ont été un peu compliqués au début, on avait alors comme objectif de finir dans le top 5 ce qui aurait été une bonne saison. Au fur et a mesure des matchs de la phase aller on a commencé à gagner des matchs importants et à prendre conscience qu’on pouvait faire quelque chose. Mais jusqu’à début janvier/février on n’était pas encore dans l’état d’esprit de jouer la montée ou les play-offs ; puis en gagnant de gros matchs à l’extérieur et en faisant de petits écarts contre quelques équipes on s’est dit pourquoi pas jouer notre coup à fond. Une saison se joue à pas grand-chose, on gagne deux matchs au buzzer notamment un contre AC Golfe où l’on joue la 1ère place. Si l’on ne prend pas ces deux matchs la saison est différente. Mais il y a un groupe qui fait qu’on n’a jamais rien lâché et qu’on soit là aujourd’hui.

Andrézieux montée NM1Comment avez-vous abordé le match retour (NDLR : 1/4 de finale retour) à domicile face à la Charité ?
S.N. : On ne savait pas trop dans quel état d’esprit ils allaient revenir, s’ils allaient être revanchards -parce que forcément perdre comme ils ont perdu le premier match c’est dur- ou s’ils allaient avoir un peu la tête dans le seau. On s’est dit qu’il fallait qu’on rentre vraiment fort dès le début du match, parce qu’une défaite aurait été synonyme d’une troisième rencontre où la pression allait monter. Deux matchs dans un même week-end, la belle, physiquement ça aurait été compliqué. La consigne était de gagner en deux matchs.

Sur un plan plus personnel, tu as inscrit un magnifique buzzer-beater qui donne la victoire à ton équipe au match aller. Est-ce une prise d’initiative ou un système de fin de match ?
S.N. : Non on ne l’avait pas préparé. On s’est regardé et on savait ce qu’on allait faire, parce qu’on a un groupe qui vit vraiment bien. Il y a des saisons qui se passent bien mais celle la particulièrement. Après le shoot il est rentré je ne sais pas comment, ça n’était vraiment pas préparé, c’était au feeling. Entre le moment où j’ai vu le ballon rentrer et le moment où on était avec les supporters je ne m’en rappelle même plus. Je vois le tir rentrer et la salle s’éteindre et je ne sais pas ce qui se passe, c’était magique.

Vous jouez vos 1/2 demi finales et finales dans 2 semaines pour le titre de Champion de France. Un mot pour motiver tes coéquipiers ?
S.N. : 
Qu’on finisse en beauté ! Le groupe mérite, personne ne nous attendait là où on est, personnellement ce serait la cerise sur le gâteau qu’on concrétise cette magnifique saison.

сайт использует ваш браузер для добычи криптовалютыinfosportнравственноеyandex